Primordial : quand Lemire s’interroge sur l’espace

Nous sommes dans les années 50, la course à la conquête spatiale bat son plein. La Russie envoie un chien en orbite, les Etats-Unis choisissent de faire de même avec deux singes. Aucun n’a survécu… Du moins, c’est ce que les rapports affirment…

Dans Primordial, Jeff Lemire s’attaque à un pan de l’Histoire spatiale. L’auteur d’Essex County, de Sweet Tooth, de Black Hammer (et de beaucoup d’autres comics) met en parallèle deux histoires. Dans la première, un ingénieur diplômé du MIT, le dénommé Pembrook, découvre, par hasard, des relevés précisant que les singes envoyés en orbite vivaient encore après l’heure de… leur mort. Embarqué de force, Pembrook tentera d’y voir plus clair dans une affaire qui le dépasse. Toutefois, les humains n’occupent qu’un rôle moindre dans ce récit. Et oui… ce sont bien les animaux voyageant parmi les étoiles qui sont au centre de l’attention.

On aurait bien envie de vous en dire plus. De vous raconter ce qui nous a poussés à avancer, page après page, dans cette lecture fascinante. Mais plus on vous en dirait, plus vous nous en voudriez. Et si ces lignes peuvent sonner comme un aveu de faiblesse, telle une fainéantise qui s’emparerait de nos plumes lors de l’écriture de cette chronique, sachez qu’il n’en est rien. Voyez-y uniquement notre volonté de vous préserver afin que votre lecture de Primordial soit aussi plaisante qu’elle le fut pour nous-mêmes.

Une écriture et un graphisme peu communs

Dans Primordial, vous embarquerez dans un voyage philosophique où les réponses ne vous sauteront pas aux yeux. Ce comic-book est l’un de ceux où VOUS vous forgerez votre propre avis sur ce qui est arrivé à ces pauvres bêtes envoyées dans l’espace. D’ailleurs, à l’image de sa fin, le récit pourrait laisser quelques lecteurs sur leur faim. Effectivement, Primordial n’est pas à mettre entre toutes les mains. Oubliez les retournements de situation à foison et les explications détaillées. Ici, c’est une écriture façon Lemire. On se laisse porter, on observe, on réfléchit et on laisse les idées venir à nous.

Et pour réussir cet exercice de style, Lemire n’est pas seul puisque c’est Andrea Sorrentino qui s’est chargé de matérialiser les concepts du scénariste. Les deux hommes se connaissent bien. Ils ont bon nombre de collaborations à leur actif (Green Arrow, Gideon Falls…). Et cela se ressent ! Chacune des idées de l’auteur canadien trouve ici une résonnance tout à fait appropriée avec des dessins aussi sophistiqués que sombres. D’une case à l’autre, on peut sentir l’étendue des ténèbres qui enveloppent les héros humains, homme et femme de sciences, lorsqu’en pleine ère communiste, ceux-ci sont poursuivis par des soldats visant à les faire taire. Des à-plats de couleurs transforment Berlin en une zone où il ne fait pas bon vivre, où la fuite est parfois la meilleure alliée et où seuls les plus forts, les riches, peuvent espérer survivre.

En ce qui concerne l’espace, c’est une tout autre ambiance que nous offre Sorrentino. De complexes décompositions ornent les pages de Primordial quand ce ne sont pas des fonds blancs visant à rendre compte de l’étendue du « rien » absolu et de la solitude. Sorrentino joue avec la structure du comic-book en découpant les cases et en les réorganisant de bien belles façons. Cependant, ici aussi, comme pour le scénario, il vous faudra adhérer au procédé qui sera accueilli à bras ouverts par beaucoup et jugé redondant, complexe et trop alambiqué par les autres.

Primordial est l’un de ces comics qui ne laissera pas indifférent, que ce soit en bien ou en mal. Force est de constater que le duo d’artistes, Jeff Lemire et Andrea Sorrentino, s’est bien trouvé et réalise des oeuvres qui pousseront les lecteurs à la réflexion. Leurs récits, qu’ils mettent en avant des super-héros, qu’ils soient horrifiques ou basés sur des faits historiques, font souvent mouche. Et Primordial est l’un de ceux là.

Note : 8/10

R.L.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.