Planète Hulk : une épopée façon péplum taillée sur mesure pour la balafre verte !

Hulk n’a pas été gâté au cinéma. C’est le moins que l’on puisse dire après avoir visionné les quelques films qui ont contribué à ternir l’image du héros de Marvel. Et même lorsque certaines productions parviennent à redresser quelque peu la barre, elles se heurtent à un manque d’originalité flagrant et/ou à une réalisation qui laisse à désirer.

Heureusement, ce n’est pas le même constat que l’on tire des comics. Du moins, de certaines séries comme Planète Hulk. Voici pourquoi.

Au scénario, on retrouve Greg Pak (Warlock, Iron Man…) qui, depuis plusieurs années, est considéré comme un habitué de Bruce Banner puisque ce dernier lui doit de nombreux numéros.

Planète Hulk commence alors que le géant de jade se trouve dans un vaisseau spatial propulsé à toute allure dans l’espace. Doctor Strange, Red Richards, Iron Man et Flèche Noire ont réussi à expulser de la Terre celui que l’on surnommera « la balafre verte ». Si la solution semble extrême, elle est pourtant motivée par un constat sans équivoque : Hulk est incontrôlable et détruit, tue, blesse… ceux qui l’entourent. Les 4 héros susmentionnés ont donc pris la décision unilatérale d’envoyer leur ami sur un monde paisible où il ne trouvera aucun motif de colère. En d’autres mots, il profitera de ce qu’il a toujours recherché : la solitude.

Evidemment, et comme d’habitude, un événement viendra perturber ce plan parfait au demeurant. C’est donc sur une toute autre planète que celle envisagée par les têtes pensantes de la Terre qu’atterrit Hulk : Sakaar. Gouverné par le roi rouge, un dictateur adepte de la violence, ce monde voit une importante partie de la population vivre au rythme des jeux du cirque, de l’esclavage et de la misère.

Enfermé dès son arrivée, Hulk y deviendra, malgré lui, gladiateur. Greg Pak choisit alors de lier le super-héros à d’autres personnages, tous issus de castes différentes, et de lui imposer de cruelles épreuves qui débuteront par le passage obligé de l’arène de combats. Un comble pour un être qui ne désirait que la paix et la solitude.

L’idée d’entourer Hulk de nouveaux personnages sur un monde en proie à une féroce dictature ne relevait pas de l’idée de génie. Pourtant, Greg Pak s’en sort avec les honneurs puisqu’il livre un récit rythmé où le super-héros, ex-membre des Avengers, se questionnera sur ce qu’il veut et ce qu’il devient par la force des choses. Les interrogations du héros constituent l’un des nombreux points de satisfaction de l’ouvrage tant Pak parvient à intégrer intelligemment cette quête d’identité dans sa trame.

Sans atteindre l’excellence, le scénariste démontre qu’il est possible d’écrire de très bonnes histoires sur un personnage qui n’est, a priori, motivé que par la colère et la destruction. C’est d’ailleurs le seul à être placé sous les projecteurs lors de ce récit puisque Banner n’a pour ainsi dire pas voix au chapitre.

Greg Pak fut bien épaulé dans sa tâche avec Carlo Pagulyan (X-Men Unlimited, Avengers Vs X-Men,…) qui réalise un travail très correct. Au menu, des combats dynamiques qui feront la part belle à la (sur)puissance de Hulk. Seules quelques planches bâclées auront le don de nous sortir de l’histoire. Tout comme les habituels changements de dessinateurs inhérents aux longues séries.

Et si la deuxième partie du récit était parvenue à conserver le rythme et le suspense de la première, il y a fort à parier que Planète Hulk n’aurait pas été loin d’endosser le statut d’incontournable.

Cette série n’en reste pas moins une histoire épique où Hulk est confronté à bon nombre d’épreuves captivantes et riches en rebondissements. De gladiateur à rebelle, le héros en verra de toutes les couleurs au cours de chapitres rythmés par la narration dynamique de Pak et le trait probant de Pagulayan.

Note : 8/10

R.L.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s