Lady Killer 2 : Josie revient avec brutalité dans un second tome sanglant

Le titre « Lady Killer » fait sans aucun doute partie des bonnes surprises du catalogue de Glénat Comics. Pour rappel, au cours du premier volet, l’histoire de Joëlle Jones nous emmenait chez Josie, mère de famille vivant avec son époux, leurs deux enfants et sa belle-mère. Si personne n’est au courant au sein du cercle familial, Josie est bel et bien une tueuse à gages. L’entrée en matière de l’héroïne avait d’ailleurs de quoi surprendre les lecteurs puisque dès les premières pages, on assistait à un meurtre pour le moins… sanglant.

Pour ce deuxième volume sorti en janvier de cette année, Joëlle Jones, la scénariste, avait fort à faire. Le premier se concluait avec brio sur la fin des activités de l’employeur de Josie, ce qui impliquait pour l’auteure de devoir relancer son histoire dès l’entame du deuxième tome.

On retrouve donc Josie Schuller en Floride avec sa petite famille. Elle a repris ses sombres activités et, d’ailleurs, ce nouveau volume intitulé « Les vices de Miami » commence comme le précédent : par un assassinat. Toujours aussi sanglants, les meurtres orchestrés par l’héroïne témoignent régulièrement de bien peu de finesse. Rapidement, cette situation occupera une place centrale dans le récit. En effet, la scénariste prend le temps de souligner les difficultés qu’éprouve Josie à effacer ses traces. Sans se perdre dans des explications grandiloquentes, bien au contraire, Joëlle Jones parvient avec habileté à rendre compte du train-train quotidien d’une tueuse professionnelle. Pourtant, et même si la description de la routine de Madame Schuller fait mouche grâce à une narration simple et efficace, l’intrigue met tout de même quelques chapitres à se dessiner. Plus simple que celle du premier volume, elle n’a pas le luxe de surprendre le lecteur outre mesure. Ce dernier connaît Josie, il sait qu’elle peut tuer de façon peu académique et que le sang peut inonder certaines cases du comic-book.

Néanmoins, force est de constater que l’on retrouve les mêmes ficelles narratives qui nous ont fait apprécier le premier volume : des dessins et une colorisation qui donnent un look rétro et idéal à l’intrigue, un arc complet dans un seul volume et de nouvelles informations sur Josie et, surtout, sur son entourage.

Ce Lady Killer 2 : « Les vices de Miami » ne devrait donc pas décevoir les lecteurs qui avaient dévoré le tome précédent même s’ils étaient en droit d’attendre un peu plus de folie. Quoi qu’il en soit, Josie est bel et bien de retour, mais sous le soleil de Floride cette fois, et doit apprendre à nettoyer derrière elle au cours d’un scénario ficelé, comme c’était déjà le cas avec le premier tome.

Note : 7/10

R.L.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s