« Qui est la Panthère Noire » : découvrir les origines du héros avec un récit attrayant

Comme d’habitude, la sortie d’un film dédié à un super-héros, qu’il soit qualitatif ou non, offre aux éditeurs l’opportunité de sortir/ressortir des publications où l’on retrouve ledit super-héros.

Et comme on pouvait s’en douter, voici que l’histoire se répète à nouveau avec la Panthère Noire pour notre plus grand bonheur. Pour preuve, Panini propose plusieurs comics en version française depuis le début de cette année.

L’occasion pour les lecteurs de plonger dans les contrées africaines du Wakanda et d’y découvrir un chef d’Etat emblématique et protégé par l’esprit de la panthère. Rien que ça. Pour ma part, j’ai opté pour « Qui est la Panthère Noire? » pour m’initier à ce super-héros.

Dessiné par John Romita Jr. (World War Hulk, Spiderman, Thor), ce comic-book séduit au premier coup d’œil grâce son format « édition Deluxe » et une très belle couverture. Toujours concernant la partie graphique, les fans de Romita Jr. seront aux anges puisque l’artiste reste fidèle à son trait et à son style si caractéristiques. Ces dessins, associés aux couleurs de Dean White, auront vite fait d’immerger le lecteur dans une atmosphère différente de ce que l’on a pu voir jusqu’ici chez Marvel. En jouant sur des nuances d’orange, de jaune et de vert, l’équipe créative est parvenue à créer une ambiance particulière qui colle parfaitement à ce récit aux relents africains.

Le récit, justement, parlons-en. Il est l’œuvre de Reginald Hudlin (réalisateur pour Boomerang, The Office, Modern Family… et producteur) qui avait pour mission de relancer le personnage créé par Stan Lee et Jack Kirby en 1966. Pour ce faire, le scénariste a imaginé une histoire de vengeance où un ennemi, Klaw, envahira le Wakanda grâce à un plan mûrement réfléchi.

Cette idée assez simple offre à l’auteur l’opportunité de passer en revue les origines de la Panthère Noire sans noyer le lecteur sous une foule d’informations complexes. On (re)découvre alors le drame familial auquel le héros a assisté dans sa jeunesse et à la façon dont T’Challa est devenu chef d’Etat wakandais. Sans oublier les particularités de ce pays qui rendent ses ennemis à la fois craintifs et envieux : sa technologie très avancée et la prospérité qui en découle.

Sans vraiment surprendre le lecteur, le scénario d’Hudlin parvient tout de même à donner l’envie de s’intéresser à ce personnage haut en couleur qu’est la Panthère Noire. La force de ce récit reposant sur les origines du héros et non sur la menace que représente Klaw qui s’apparente, quant à elle, à une énième histoire de vengeance.

En guise de conclusion, s’il fallait caractériser en quelques mots cette introduction au personnage de Black Panther, on opterait pour « simple mais efficace ». Efficace pour ses dessins et sa colorisation à l’origine d’une ambiance atypique. Simple pour son scénario qui, même s’il parvient à présenter le personnage, sa famille et sa nation avec subtilité, manque malheureusement de surprises et d’originalité pour marquer les esprits.

Note : 7/10

R.L.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s