Manifest Destiny : une revisite historique incontournable chez Delcourt

Avec déjà trois volumes à son actif, la série Manifest Destiny continue de tracer sa route et de bien belle manière qui plus est puisque le niveau de qualité instauré depuis le premier volume n’a jamais diminué et a même connu une courbe ascendante.

Une réécriture historique magnifiée

Chris Dingess, habitué des séries TV, tantôt comme producteur, tantôt comme scénariste, est parti d’une histoire vraie pour la trame des comics Manifest Destiny, celle de Merriwether Lewis et de William Clark, deux individus mandatés par le Président des Etats-Unis, Thomas Jefferson, pour traverser le pays d’est en ouest au début du 19ème siècle.

Néanmoins, Manifest Destiny n’est pas un récit fidèle à la réalité historique mais bien une réécriture des événements à la sauce fantastique.

Dans cet ordre d’idées, les véritables objectifs de l’équipage emmené par Lewis et Clark à l’époque diffèrent quelque peu de ceux qui ont été choisis par Chris Dingess pour sa série. En réalité, le corps expéditionnaire avait pour mission d’explorer des régions jusqu’alors inconnues et d’y mener l’étude des tribus amérindiennes et des nouvelles espèces. Dans les comics, si l’examen des découvertes occupe aussi une place primordiale, le but premier de la traversée est de détruire les monstres qui pourraient menacer le genre humain. Et ce sont évidemment les rencontres avec ces espèces fantastiques qui sonnent définitivement le glas de la réalité historique.

Pour l’occasion, le scénario bénéficie d’un découpage maîtrisé de l’action et d’une narration ficelée. Le résultat ne se fait d’ailleurs pas attendre puisque l’immersion est garantie pour cette revisite d’une partie de l’histoire des Etats-Unis.

L’intégration de personnages historiques dans un cadre fictionnel est, elle aussi, savamment mise en place. Quant aux dessins de Matthew Roberts, ils s’avèrent, même si certains protagonistes se ressemblent de temps à autre, des plus convaincants. Le style renvoie à la fois au franco-belge, notamment en ce qui concerne le trait qui rappelle celui d’autres monuments du genre, et à la BD américaine via le découpage de l’action.

Enfin, la palette de couleurs sélectionnée par Owen Gieni a le don de mettre en valeur le travail de Roberts.

Un bestiaire original et varié

Avec de tels dessins et couleurs, il ne manquait plus qu’un bestiaire original à la hauteur du graphisme. Et pour notre plus grand plaisir, c’est le cas !

Là où certains récits fantastiques font la part belle aux traditionnels dragons, trolls et autres gobelins, Manifest Destiny mise sur un tout autre chev… bestiaire ! Nous ne révélerons pas tous les mystères qui investissent la trame de cette aventure mais sachez tout de même que l’on retrouve des créatures qui semblent issues de différentes mythologies et cultures.

La végétation, les cours d’eau, le ciel… Les menaces peuvent surgir de partout et rien ne permet de savoir au préalable ce qui attend l’équipage. Le corps expéditionnaire, n’en sachant pas plus que nous sur le monde qui l’entoure, observe et s’interroge sur tout ce qui se présente à lui. On se surprend alors à apprécier l’étude des différentes espèces par l’intermédiaire de William Clark qui examine ces dernières avec minutie à l’instar de tout bon scientifique. Par ce biais, l’auteur crée un univers riche pour lequel il nous tarde d’en découvrir tous les secrets.

Un récit inclassable ou presque

Pour l’heure, il est assez complexe de classer les trois premiers volumes de la série Manifest Destiny dans un genre unique. Les moments de tension qui naissent lorsque la vie de l’équipage est en jeu auront tendance à faire pencher la balance vers l’horreur tandis que certaines rencontres, quant à elles, miseront bien plus sur le fantastique. Sans oublier que la trame de fond n’en reste pas moins historique.

Mais peu importe, c’est ce mélange des genres qui est à la base de l’une des meilleures séries de comics du moment. Les trois compères que sont Chris Dingess, Matthew Roberts et Owen Gieni réalisent un travail fabuleux en prenant le lecteur par la main pour le plonger dans des contrées méconnues où vit l’inimaginable. La transposition de l’expédition américaine de Merriwether Lewis et de William Clark dans un environnement fantastique fait des merveilles grâce à une narration travaillée et à des dessins uniques !

A consommer sans modération !

Note : 9/10

R.L.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s