The Council : un savoureux mélange de complots, d’énigmes et d’Histoire

Le studio français Big Bad Wolf s’est lancé dans une aventure narrative qui prend place durant la fin du XVIIIe siècle. Si beaucoup estimaient l’entreprise risquée, ce jeu faisant la part belle aux complots, à l’Histoire et la politique s’en tire avec les honneurs grâce aux énigmes et l’enquête menée par Louis de Richet.

The Council (PS4, Xbox One et PC) est une aventure narrative en cinq épisodes dans laquelle nous jouons Louis de Richet, fils de Sarah de Richet, tous deux membres d’une organisation secrète, l’Ordre Doré. Le pitch nous installe rapidement dans une ambiance particulière : Louis de Richet est invité sur l’ile de Lord Mortimer, au même titre que George Washington ou Napoléon. Il n’est pas question de tourisme pour le personnage clé du titre puisqu’il se rend sur place pour résoudre un mystère : la disparition de sa mère. L’objectif sera donc de comprendre ce qui lui est arrivé et de la retrouver. Pour ce faire, il faudra discuter avec les différents invités et fouiller un peu partout dans le manoir.

Narratif, oui, mais pas seulement 

Big Bad Wolf l’a bien compris : une simple enquête n’aurait pas probablement pas suffit à convaincre les fans. C’est pourquoi, en plus du côté historique et politique, les développeurs ont décidé d’ajouter une petite touche RPG sous la forme d’un arbre de compétences. Trois branches principales existent : occultiste, détective ou politicien. Chaque branche présente évidemment ses spécialités (sciences, psychologie, linguistique, étiquette, furtivité, etc.) qui vous donneront accès à des réponses bloquées sans avoir augmenté ces atouts.

A noter : chacune de vos réponses aura un impact sur la suite de votre aventure. Certaines décisions seront donc très importantes pour l’avenir de votre personnage puisqu’il vivra une aventure différente en fonction de vos choix. Dès lors, quand on découvre qu’il n’existe aucun système de sauvegardes manuelles et que l’on ne peut pas modifier un choix de dialogue en cas d’erreur, ce qui s’impose à tous les joueurs de The Council est qu’il faudra rester attentifs du début à la fin de l’aventure tant les conséquences de nos actes peuvent s’avérer critiques.

Au-delà des choix à faire dans les discussions, vous aurez également besoin de convaincre les personnages du jeu à certains moments-clé. Cela se passe au travers de l’une des mécaniques du jeu qui se nomme la confrontation. Lors de celle-ci, l’objectif sera de convaincre son interlocuteur en plusieurs tours de dialogue : il faudra choisir les bonnes réponses pour parvenir à obtenir les renseignements souhaités de la part de notre interlocuteur.

Une direction artistique de bonne facture

Et puis, les bons points énumérés jusqu’ici ne constituent pas les seuls points forts du jeu. A ce niveau, on notera également une réalisation de très bonne facture : que ce soit l’aspect graphique de l’île, l’ambiance dans le manoir ou encore la caractérisation des personnages, rien n’a été laissé au hasard. D’ailleurs, les PNJ sont bien pensés, leur caractère est assez plausible et en plus de tout cela, le doublage en anglais est d’excellente qualité. L’immersion, de ce côté-là, est donc réussie.

Par contre, c’est du côté des visages que le bât blesse. En effet, les figures des différents protagonistes ne sont pas au niveau des standards actuels. Pour preuve, de nombreuses expressions figées viendront entacher la qualité globale du titre. Ajoutez à cela quelques (rares) soucis de caméra et vous aurez droit à des scènes en deçà du niveau globale proposé par le jeu.

Néanmoins, The Council (PS4, Xbox One et PC) est une réussite puisque malgré quelques épisodes en dents de scie, la magie du titre devrait vous ensorceler de longues heures durant. Cette aventure narrative est agréable à prendre en main, et ce n’est pas l’envie qui manque de découvrir la suite de l’histoire de Louis de Richet. La présence de nombreuses personnalités historiques, le côté RPG et le doublage qualitatif de plusieurs PNJ participent aussi à la qualité du soft. Big Bad Wolf nous force à prendre des décisions irrévocables, chose à laquelle nous sommes peu (pas?) habitués et qui n’est pas pour nous déplaire. Par contre, le rythme inégal et les expressions faciales assez figées desservent les intérêts du studio français. Malgré ces défauts, The Council n’en reste pas moins une aventure narrative plaisante dont l’intrigue est particulièrement bien construite.

Note : 7.5/10

C.V.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.