Voro : Un récit fantastique pour tous les publics !

Voro, c’est l’histoire d’une guilde de voleurs et surtout, celle d’une jeune fille prénommée Lilya. Désireuse de se faire remarquer grâce à des actes forts et ambitieux, la petite héroïne ne parvient pourtant pas à se faire aimer du maître des voleurs. Cependant, ce n’est pas sans l’aide de son ami, le vieux Seamus, qui lui enseigne toutes les ficelles du métier. Alors, quand la jeune fille décide de prendre les choses en mains, c’est tout un complot et une histoire de trésors et de légendes royales qui s’offrent à elle !

Mais Voro, c’est aussi l’œuvre de Janne Kukkonen. Cet auteur finlandais, également réalisateur de films d’animation et directeur artistique dans la sphère vidéoludique, a frappé un grand coup en 2017 en remportant le prix du meilleur album dans son pays avec le premier volume de la série dont il est question dans ces lignes. Pourtant, un coup d’œil à la couverture aura tôt fait d’éloigner bon nombre de lecteurs dudit objet. En cause des dessins trop typés « jeunesse ».

Pourtant, Voro est trompeur puisque ce cycle de bandes dessinées, en 3 tomes, n’est pas à réserver aux enfants et ce, même si ces derniers, l’apprécieront sans doute fortement. Fort d’une histoire prenante et sans véritable temps mort, le récit de Kukkonen balade son lecteur entre révélations, action et moments plus légers de bien belle manière. Là où les plus jeunes s’amuseront à suivre les péripéties d’une héroïne à travers laquelle ils pourront s’identifier, les adultes, quant à eux, remarqueront très vite les nombreux points forts d’une telle histoire : à savoir, un récit intelligemment construit, des personnages cohérents et un rythme maîtrisé.

C’est bien simple, Casterman a choisi de sortir les deux premiers volumes de ce premier cycle (le second étant attendu pour 2020 dans nos contrées) en ce mois de janvier et il faudra beaucoup de courage aux lecteurs pour ne pas directement acquérir le deuxième tome à la suite de la lecture du premier.

Et pour cause, l’univers, au demeurant « déjà-vu », créé par Kukkonen présente une part d’originalité bienvenue. Entre une guilde cachée de tous, une enfant-voleuse dont on ne sait rien des origines, une sombre histoire de secrets royaux et la mystérieuse tribu du feu, il est difficile de ne pas tourner les pages pour étancher notre soif de connaissances du monde de Voro.

Le lecteur se retrouvera donc rapidement envoûté par l’histoire concoctée par l’auteur finlandais. A tel point qu’il en oubliera presque les dessins peu précis qui rappellent bien d’autres bandes dessinées destinées aux plus jeunes.

Autrement dit, Voro s’adresse d’abord aux férus d’heroic fantasy et ce, quel que soit leur âge puisque les lecteurs d’expérience peuvent tout aussi bien plonger dans ce récit que les jeunes enfants pour suivre les aventures passionnantes d’une apprentie voleuse, Lilya, confrontée à des rois, à l’énigmatique tribu du feu et à des complots qui puisent leurs racines dans des mythes royaux dont elle ne sait rien !

Note : 7/10

R.L.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.