Divinity Orignal Sin II (D.E.) : quand le sublime jeu de rôle s’adapte aux consoles

En Belgique, peu nombreux sont les studios de jeux vidéo qui font parler d’eux à l’étranger. Pourtant, il en existe un, situé à Gand, qui fait la fierté nationale : Larian Studios. Après un premier soft qui avait mis tout le monde d’accord, voici que les développeurs gantois revenaient en 2017 avec Divinity : Orignal Sin II sur PC. Les attentes étaient importantes et le studio y répondit de la plus belle des manières : avec un titre à l’écriture magnifiée et un gameplay minutieux et riche. Un an plus tard, Larian nous propose la « Definitive Edition »  de ce même jeu sur PS4 et Xbox One. Nouveau succès critique au rendez-vous ? Réponse !

Tout d’abord, rappelons que ce deuxième opus prend place dans l’univers du premier. Qu’à cela ne tienne, il est tout à fait possible de commencer par celui-ci pour peu que le joueur s’accroche et se renseigne de temps à autre sur le net. Dans le premier épisode, on incarnait un traque-source dont la mission n’était autre que de chasser les personnes imprégnées de magie relevant de la Source. Dans Divinity : Original Sin II, le héros (ou l’héroïne, c’est selon) se retrouve de l’autre côté de la barrière puisqu’il est mû de cette magie particulière qui en fait une cible de choix pour les Magisters, personnages chargés de traquer les magiciens de la Source.

Côté scénario, Larian Studios a mis l’accent, comme d’accoutumée, sur l’écriture qui vous emmènera dans un torrent de péripéties toutes plus captivantes les unes que les autres. D’ailleurs, vos choix, que ce soit en matière de dialogues ou d’actions, modifieront la trame et, qu’il soit question de la quête principale ou non, auront souvent des conséquences sur votre destinée.

Cette dernière commence avec le façonnement de votre personnage. D’emblée, Larian vous laisse le choix. Opterez-vous pour un personnage « Origine », soit un protagoniste présentant déjà une histoire bien à lui et des caractéristiques définies ? Ou choisirez-vous plutôt de créer votre héros de A à Z ? Si tel est votre souhait, vous devrez choisir une race parmi les plus représentées : elfe, nain, humain, mort-vivant, lézard…; un corps de métier : soldat, magicien, inquisiteur et bien d’autres; et, évidemment, vos caractéristiques principales et secondaires. Le studio n’a pas fait les choses à moitié à ce niveau et devrait, sur ce point, à la fois ravir les joueurs minutieux tout comme ceux qui voudraient instantanément (ou presque) plonger dans l’aventure.

Des mécaniques bien huilées

Votre périple débute dans la soute d’un bateau où, très vite, les mécaniques du jeu vous seront expliquées via un didacticiel assez simple : artisanat, recette, magie en tout genre et choix de dialogues sont autant de paramètres sur lesquels vous pourrez vous appuyer pour parvenir à vos fins. C’est bien simple : dans Divinity : Original Sin II, l’impression de liberté est omniprésente. Si un garde vous barre la route, pourquoi ne pas user de votre éloquence pour le convaincre de vous laisser passer? Vous êtes du genre à foncer dans le tas ? Mais que choisirez-vous comme première salve d’attaques ? Un simple coup d’épée ou lancerez-vous un sort de flamme sur le pétrole dans lequel marche ce même garde ?

Justement, du combat, parlons-en. Il est ici question d’un système de tour par tour peu facile à prendre en main comme l’ensemble du jeu de Larian. Non pas que le didacticiel ne remplit pas son office mais il faut bien comprendre que s’aventurer dans un tel jeu de rôle demandera de la volonté et de la patience tant le jeu est riche en mécanismes à intégrer.

Quoi qu’il en soit, le système de tour par tour participe à des combats épiques où vous pourrez lancer des sorts appris au fur et à mesure de votre aventure ou encore profiter de l’environnement pour blesser votre ennemi. Ici aussi, les possibilités sont nombreuses avec, notamment, les nombreuses combinaisons de sorts (environ 200!!!). Evidemment, votre classe aura, elle aussi, un impact sur votre maîtrise de telle ou telle faculté comme on aurait pu s’y attendre.

Concrètement, votre personnage présente une jauge de bouclier ou de protection magique, la traditionnelle barre de vie et enfin, celle de points d’action qu’il vous faudra consommer avec parcimonie sous peine de vous faire occire par le premier monstre venu.

Il en va de même pour vos compagnons que vous devrez gérer avec soin afin de créer un groupe complémentaire et surtout, polyvalent. D’ailleurs, précisons que le jeu est jouable jusqu’à 4 : à 2 en local et à 2, 3 ou 4 en ligne. Une très belle initiative qui permet de parcourir l’univers du soft avec ses amis afin d’en découvrir tous les secrets. Et qui dit console, dit canapé : autant vous dire qu’il est tout à fait exquis de passer l’après-midi sur son canap’ avec un ami gamer et de partir à l’aventure dans des contrées peu recommandables.

En définitive, la transposition sur console semble idéale : la manette qui aurait pu être un obstacle à la gestion des combats s’avère parfaitement adaptée grâce à des capacités attribuées de façon ingénieuse aux différentes touches.

Un univers magique et enchanteur !

Une écriture finement ficelée, un système de combats travaillé… Encore fallait-il que ce Divinity : Original Sin II présente un univers captivant dans lequel s’épanouir. Et là encore, Larian Studios ne s’est pas moqué des joueurs. Entre des environnements variés, des quêtes qui fleurissent à tout bout de champ et un combo musiques-graphismes de qualité, il y a de quoi s’immerger facilement dans le monde qui vous entoure ! Les heures de jeu en atteste car, pour peu que vous décidiez de vous promener ici et là, vous atteindrez aisément les 90 heures de jeu.

Alors oui, le journal de quêtes reste peu lisible et n’offre pas beaucoup de précisions sur les missions en cours. Sans oublier que, malheureusement, quelques bugs restent encore d’actualité. Le tout vous conduira parfois à tourner en rond ou à tout simplement oublier où se trouve le PNJ qui vous a donné telle information.

Néanmoins, il faut bien admettre qu’il s’agit de défauts mineurs qui n’empêcheront pas tout un chacun de savourer ce Divinity : Original Sin II comme il se doit.

En conclusion, Larian Studios fait, encore une fois, honneur à son talent en proposant aux joueurs consoles un jeu ultra complet avec Divinity : Original Sin II (Definitive Edition). Ceux-ci se régaleront dans cet univers riche fourmillant de quêtes et d’interactions en tout genre qui les mèneront dans une aventure ô combien magique !

Dinvity2

Note : 9/10

R.L.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s