Mon Ami Dahmer : gare au tueur en série!

Au détour du rayon d’une bouquinerie, je suis tombé sur l’un de ces comics que je n’ai jamais osé acheter. Un dessin peu attirant, un thème très particulier, trop de sorties à l’époque de sa publication en librairie… Les arguments avaient été nombreux à barrer la route de ce comic-book vers mes étagères.

Or, à un prix restreint, bouquinerie oblige, « Mon Ami Dahmer » ne pouvait que terminer dans ma pile de lecture.

Tout d’abord, je tiens à préciser que je devrais presque m’excuser de ne pas avoir profité dudit livre lors de sa sortie initiale tant le propos particulier et le style graphique original que l’on y découvre font des merveilles.

L’histoire n’est pas celle de Jeffrey Dahmer mais bien celle de Jeffrey Dahmer racontée et, à certains moments, vécue par Derf Backderf. Ce scénariste et dessinateur était, lors de son adolescence, tantôt une connaissance, tantôt un ami du célèbre Jeffrey Dahmer. Célèbre pour avoir tué 17 personnes avant d’en consommer leur chair.

Si les faits sont sordides, ne vous attendez pas à les découvrir dans « Mon Ami Dahmer ». Bien loin d’un Crossed par exemple, ce comic-book raconte plutôt le quotidien de l’adolescent qui deviendra un tueur en série notoire.

On y découvre son comportement, assez perturbant, ses (rares) relations avec le monde extérieur et sa vie de famille. Raconté avec soin par Backderf, le récit gagne véritablement ses lettres de noblesse grâce aux nombreux témoignages recueillis par le scénariste et surtout, grâce aux scènes auxquelles l’auteur à lui-même assisté étant jeune. Banals au possible, ces quelques moments de vie vécus en pleine adolescence prennent tout leur sens lorsqu’ils sont contextualisés.

Dès lors, il n’est pas anodin de ressentir un léger malaise à l’égard d’une situation si normale dans toute autre famille. Ce sentiment de malaise, le lecteur le devra également aux dessins de Backderf. Caricatural, son style graphique s’appuie sur une parfaite utilisation du noir et blanc. Mais pas que. Reconnaissable entre mille, le dessin de Backderf se caractérise par des visages allongés, des bras anguleux et des paysages détaillés. Le trait, si particulier, réussit ainsi à proposer une atmosphère particulière et ô combien intrigante.

En d’autres mots, ce graphic-novel n’est certes pas à mettre en toutes les mains, et ce même s’il ne présente aucune scène sanglante. D’un autre côté, ce comic-book original, bien écrit et basé sur des faits réels est tout à fait destiné aux adultes curieux d’en apprendre plus sur Jeffrey Dahmer. D’ailleurs, les bonus au cours desquels l’auteur, Derf Backderf, détaille les différentes scènes dessinées dans son livre se dévorent, eux aussi, d’une seule traite !

NOTE : 8/10

R.L.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s