Crossed Intégrale : du sang plein les pages

Les comics, comme la plupart des biens de consommation, ne sont pas gratuits. Dès lors, il est conseillé de se renseigner avant de sauter sur le premier bouquin qui semble attrayant. Avant de plonger dans « Crossed », j’ai donc lu de nombreuses critiques/reviews disponibles sur le web. Les échos et descriptifs rédigés sur différents blogs et pages Facebook m’indiquaient qu’il était question d’une œuvre assez gore. On y trouverait des enfants massacrés, des adultes violés, d’autres torturés, etc. Et c’est bien le cas…

Après mûre réflexion, je décidai tout de même de franchir le pas et d’acheter l’intégrale de Crossed écrite par Garth Ennis et dessinée par Jacen Burrows. Et quelle ne fut pas ma surprise ! Un émerveillement ! Ou plutôt, un cocktail explosif, et ce grâce à un traitement scénaristique… plus fin qu’il n’y parait de prime abord ! Au programme, un dangereux virus qui transforme tous les contaminés en monstres : les êtres humains affectés voient leurs pulsions meurtrières et leur folie exacerbées au paroxysme. Autrement dit, ils violent et massacrent sans remords tous leurs opposants. Pire encore, ils sont généralement pris de fous rires lorsqu’ils passent à l’acte.

Les amateurs de scènes gores ne seront donc pas déçus mais il serait maladroit de s’arrêter à cette description pour comprendre ce que nous réserve vraiment Crossed.

Dans cette intégrale, le lecteur suit un groupe de survivants parmi lesquels chacun possède une personnalité originale bien loin des stéréotypes habituels que présente généralement ce type de récits comme l’ex-militaire façon MacGyver qui a toujours la bonne arme sous la main, le père de famille qui s’avère être un héros bravant tous les dangers pour sa femme et son enfant ou encore du « connard » qui se fera refroidir par les ennemis après avoir sacrifié l’un de ses comparses pour sa propre survie…

L’objectif des quelques survivants de cette histoire est de traverser monts et marées pour tenter de rejoindre un coin tranquille où l’on trouverait moins d’infectés et donc, moins de risques de mourir dans d’atroces souffrances. Outre les scènes d’action, il est question de passages relationnels où chaque choix effectué par l’un des personnages sera discuté, critiqué ou accepté par les autres membres du groupe. On assiste donc à une course contre la mort pendant laquelle les protagonistes devront apprendre à vivre ensemble s’ils veulent survivre.

Conclusion : un bon comic-book ? 

Sur papier, l’histoire semble proche d’un Walking Dead : dans Crossed, on suit un groupe de survivants qui traverse les USA à la recherche d’un endroit plus sûr. Sauf qu’avec son idée de remplacer les traditionnels zombies par des êtres humains assoiffés de sexe et de meurtres, Garth Ennis réussit un coup de maître : la tension est palpable puisque chaque faux pas conduit irrémédiablement au viol, à un démembrement ou encore à la mort.

Aussi, le fait que les ennemis ne soient pas lents puisqu’ils conservent les propriétés physiques dont ils étaient pourvus avant leur contamination et les atrocités qu’ils réservent à leurs proies participent évidemment au climat de peur instauré par Garth Ennis.

Seul petit regret, le dessin de Jacen Burrows qui manque par moments de finesse et qui empêche de percevoir parfaitement les émotions de certains personnages.

Hormis ce détail, Crossed ravira les fans de récits d’apocalypse et de survie en milieu hostile. Cependant, l’œuvre est tout de même à réserver à un public averti.

Note : 8/10

R.L.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s