Faut-il aller voir le film Spider-Man Homecoming ?

Le moins que l’on puisse dire, c’est que le nouveau film dédié à l’homme-araignée donne du grain à moudre aux critiques. Beaucoup s’en sont pris au nouvel acteur, jugé trop jeune, alors que d’autres n’ont pas hésité à placer le film sur un piédestal.

En quelques points, voici l’avis de la rédaction de Comics Inside.

Un héros jeune et convaincant

Après Tobey Maguire et Andrew Garfield, c’est donc à un jeune acteur de 21 ans à qui incombait la tâche de reprendre le flambeau. D’ailleurs, l’âge de Tom Holland constitue encore aujourd’hui le point le plus critiqué concernant « Spider-Man Homecoming ».

Avec son faciès de jeunot, Holland parvient pourtant à proposer un Peter Parker convaincant. Les répliques ne deviendront certainement pas cultes mais ont été suffisamment réfléchies pour coller au personnage, soit un adolescent américain qui profite de ses super-pouvoirs et qui tombe amoureux pour la première fois.

Et puis, rappelons aux détracteurs de l’acteur que dans les comics qui l’ont vu naître, le héros se fait mordre par une araignée alors qu’il n’a que… 15 ans.

Un méchant taillé pour le rôle

Michael Keaton a enfilé le costume, revu pour le film, du Vautour et de bien belle manière. Là où « Wonder Woman » présentait un Arès fort peu convaincant, Marvel réussit un joli coup avec l’ex-Batman de Burton.

Le personnage est rapidement mis en évidence : les premières minutes du film mettant en lumière les événements qui ont conduit cet ingénieur à devenir un super-vilain.

Père de famille et en proie à des problèmes financiers, il présente une histoire ancrée dans l’ère du temps avec la crise économique et les difficultés financières qui en découlent. On découvre donc un protagoniste travaillé, guère manichéen et qui conserve sa part d’humanité : s’il devient un criminel, c’est avant tout pour subvenir aux besoins de sa famille.

Sans pour autant en faire un bad guy des plus charismatiques méritant mille et un prix d’interprétation, Marvel Studios et Sony Pictures Entertainment ne s’y sont pas trompés et ont trouvé en Michael Keaton, un antagoniste convaincant plutôt bien mis en scène et qui bénéficie, pour l’occasion, d’un passé plausible et cohérent.

De l’humour pour tous 

Le film se veut être un divertissement familial. Dans cette optique, les spectateurs ont donc droit à une bonne dose d’humour et d’action tandis que les combats et les cascades misent, comme d’habitude, sur de nombreux effets spéciaux et s’abstiennent de dévoiler des images sanglantes. Quant à l’humour, il devrait faire sourire, voire rire, autant les adultes que les plus jeunes.

A ce propos, le récit des aventures de Peter Parker dans Homecoming prend place dans un lycée. Ce sont donc surtout des vannes d’ados qui sont diffusées à l’écran et il faut bien admettre que certaines feront mouche, quel que soit votre âge.

Un casting mi-figue, mi-raisin

Autour de Tom Holland et de Michael Keaton, jouaient notamment Marisa Tomei dans le rôle de tante May et Jacob Batalon dans celui du sidekick, Ned.

C’est la première citée qui m’a le plus posé problème. Si l’âge de Peter ne m’a pas gêné outre mesure, celui de tante May m’a quelque peu sorti du film car je n’ai vu aucun intérêt scénaristique à ce rajeunissement…

De son côté, Ned s’en sort plutôt bien. En tant que faire-valoir du super-héros, il ajoute une touche d’humour grâce à ses expressions faciales ou encore, à des répliques bien senties. Là où dans les autres films, les principales tranches de rire résultaient de l’une ou l’autre réplique de l’homme-araignée, ici, c’est surtout à Ned que revient cet honneur.

Enfin, toujours en ce qui concerne le casting, on peut citer Liz, interprétée par Laura Harrier. Son rôle ne restera pas dans les annales puisque ce type de personnage a déjà été vu et revu dans bien d’autres productions cinématographiques. La faute au peu de background offert au personnage et au pan de l’histoire trop classique dans laquelle il s’inscrit.

Encore et toujours le même combat du bien contre le mal

Si le film offre un sympathique condensé d’action et d’humour, le scénario est tout de même très banal.

Comme explicité précédemment dans cet article, Michael Keaton joue un Vautour non-manichéen qui se bat avant tout pour sa famille. Malheureusement, la trame du film noie complètement le personnage dans un duel classique qui oppose un héros représentant le bien contre un ennemi endossant les traits du mal.

Sans surprise, le scénario ne casse donc pas trois pattes à un canard, loin de là.

Conclusion

Marvel a choisi de rajeunir son casting histoire d’attirer encore plus de jeunes dans son giron. Et cette stratégie devrait sûrement s’avérer payante : les Avengers posséderont bientôt un adolescent dans leur équipe, ce qui ne devrait pas déplaire aux ados fans de super-héros, ceux-ci pouvant s’identifier à un personnage de leur âge.

Introduire l’homme-araignée sans passer par une énième origin story incombait donc à « Spider-Man Homecoming » qui se veut être un film d’action saupoudré d’humour destiné à toute la famille. A cet égard, la production réussit son pari puisque l’on assiste à l’aventure d’un super-héros adolescent opposé à un ennemi crédible encore jamais vu au cinéma, le tout accompagné de quelques situations humoristiques.

Les studios voulaient un divertissement familial et c’est bien ce qu’ils ont produit et réalisé. S’il ne révolutionne pas le genre, ce nouveau film parvient tout de même à proposer un agréable moment de cinéma qui, s’il se destine à toutes les générations, devrait tout de même plaire un peu plus aux plus jeunes.

R.L.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s