La Genèse des Jedi : une immersion audacieuse au sein des origines de l’Ordre

En tant que fan, quelle n’était pas mon excitation lorsque Delcourt a annoncé la sortie de cette série qui promettait d’exploiter une idée des plus intéressantes : dévoiler les origines de la Force et de l’Ordre Jedi. J’ai nommé : « La Genèse des Jedi » !

La tâche s’annonçait ardue : les responsables du projet devant convaincre tant les néophytes qui voudraient entrer dans l’univers via cette série que les adeptes de Star Wars en leur offrant des concepts plausibles et passionnants.

Si, aujourd’hui, le récit n’est plus canonique puisqu’il fait partie de l’univers « Légendes » depuis le rachat de la licence par Disney, l’approche choisie par les auteurs, celle de révéler les fondations de l’Ordre Jedi, intrigue toujours autant.

Des débuts tonitruants !

D’origine inconnue, des temples pyramidaux, appelés Tho Yor, se dressent sur différentes planètes au sein de la galaxie. Les populations qui côtoient ces mystérieuses architectures n’y sont pas insensibles et certains ressentent même la forte aura qui émane des lieux. Un beau jour, les portes des pyramides ont fini par s’ouvrir et ont convié les êtres sensibles à la Force à embarquer. Oui, « embarquer », car à l’image de vaisseaux spatiaux, les Tho Yor ont ensuite pris leur envol et ont conduit leurs passagers sur une planète où la Force est omniprésente : Tython.

C’est là que les voyageurs ont bâti les fondations d’une civilisation qui a fini par donner naissance aux Jedi tels qu’on les connait aujourd’hui.

Cette série n’est donc pas avare en informations. Pour preuve, le résumé succinct dont je viens de vous faire part ne couvre que les premières pages du tome 1. De fait, ces comics combleront de bonheur les fans de l’univers créé par George Lucas en leur offrant sur un plateau ce pan jusqu’alors inconnu de l’histoire des Jedi. Les deux compères que sont John Ostrander et Jan Duursema réalisent encore une fois un excellent travail et démontrent surtout qu’ils sont, eux aussi, passionnés par l’univers de la Guerre des Etoiles. Déjà remarquables sur Clone Wars et Legacy, ils sont parvenus à développer une nouvelle histoire palpitante.

Comme pour Clone Wars, les dessins sont sublimes et les différentes races d’animaux, de créatures et d’extraterrestres attirent le regard. De son côté, le scénariste n’est pas en reste car, comme pour ses précédents travaux, la narration est fluide et l’équilibre entre les scènes dédiées aux révélations et celles réservées à l’action est parfaitement maîtrisé.

Des réponses qui amènent… des questions !

L’origine de la Force et de ses utilisateurs, l’appréhension du côté obscur, les premiers holocrons… : les lecteurs en apprendront beaucoup sur l’histoire des Jedi. Peut-on pour autant qualifier la « Genèse des Jedi » de récit culte ? Pas tout à fait…

Les réponses fournies par Ostrander contenteront à coup sûr les lecteurs mais… ceux-ci ne pourront s’empêcher de se sentir lésés par le procédé employé. En effet, pour expliquer les origines de la Force, le scénariste s’appuie sur de nouveaux concepts (les Tho Yor) mais n’explique en rien l’origine de ceux-ci. Là où une réponse est donnée, une autre question pointe le bout de son nez.

De plus, on constate que les auteurs ont dû expédier la fin de leur série. C’est pourquoi « La Genèse des Jedi » n’est constituée que de trois volumes. Si l’essentiel est sauf, certaines ellipses perturbent malheureusement la lecture. Ce procédé classique qui, d’ordinaire, permet de ne pas ralentir la narration en réalisant un bond dans le temps, ne sert pas du tout le récit dans le cas présent. L’invasion des Rakata en est la plus flagrante illustration.

Le terme « Rakata » renvoie à une race belliqueuse qui pourchasse tous les êtres sensibles à la Force et qui ne fait preuve d’aucune pitié. Tout au long des deux premiers volumes, on assiste donc aux événements qui conduiront à la première guerre de la Force opposant ces envahisseurs aux premiers Jedi. Et si l’on pouvait s’attendre à un troisième et dernier tome focalisé sur le déroulé de cette guerre, ce n’est pas vraiment le cas puisque dès la première page, le narrateur nous indique que les combats sont engagés depuis un an.

Accessible et passionnant mais plus canonique

Malgré les quelques défauts cités ci-dessus, je conseille « La Genèse des Jedi » à tous. D’un côté, les adeptes de la saga y retrouveront tous les ingrédients qui ont contribué à la recette du succès de l’univers : une guerre autour de la Force, des révélations sur l’histoire des Jedi, des personnages intrigants et provenant de contrées différentes… D’un autre côté, pour les nouveaux lecteurs, le titre constitue une belle opportunité de se plonger pour la première fois dans l’univers imaginé par Lucas.

Rappelons tout de même que « La Genèse des Jedi » intègre l’ex-Univers Etendu, soit celui que l’on appelle aujourd’hui « Légendes », qui n’est plus canonique depuis le rachat de la licence par Disney. On peut donc s’attendre à ne plus jamais entendre parler des Tho Yor et des personnages présentés dans ces comics. Triste tant le potentiel des concepts développés par Ostrander et Duursema semblait prometteur.

Note : 8/10

R.L.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s